ORTHOLUD
Autres exercices :
1 2
3
4 5

3 - La nuit des temps, conjugue au passé simple !

Complète ce texte (de Barjavel) en conjuguant au passé simple les verbes entre parenthèses.

La nuit des temps de BarjavelAprès s’être enfoncé dans la glace, le Puits (s'enfoncer) dans la terre, puis dans la roche. Tout de suite, celle-ci (apparaître) très dure, vitrifiée, comme cuite et comprimée, et elle (aller) se durcissant de plus en plus. Bientôt, sa consistance (déconcerter) les géologues. Elle présentait une dureté, une compacité inconnues sur tous les autres points du globe. C’était une sorte de granit, mais les molécules qui le composaient semblaient avoir été « ordonnées » et rangées pour occuper le minimum de place et offrir une cohésion maximum. Après avoir brisé une quantité d’outils mécaniques, on (venir) enfin à bout de la roche, et à 107 mètres au-dessous de la glace, on (déboucher) dans du sable.
Ce sable était une inconvenance géologique. Il n’aurait pas dû se trouver là. Rochefoux, toujours optimiste, (déduire) en qu’il y avait donc été apporté. C’était la preuve qu’on était sur la bonne voie. Le signal continuait d’appeler, toujours plus bas. Il fallait continuer la descente. On (continuer) .

Enregistrer

Conseil de lecture : La nuit des temps de René Barjavel - (la fiche de lecture)
L'Antarctique. À la tête d'une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n'y a rien, juste le froid, le vent, le silence.
Jusqu'à ce son, très faible. À plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. Dans l'euphorie générale, une expédition vers le centre de la Terre se met en place.
Close

Nous contacter

Vous êtes :

professeur élève parent autre

Merci de remplir les champs obligatoires !

Your activation link has been sent!

There was an error! Please try again

OK

There is already an account with the same email/phone number in our database!

OK
Close

Envoyer à un ami

Close

J'ai trouvé une erreur